Les grandes phases d'un collectif

Un collectif c'est comme un être humain, ça naît, grandit, apprend, passe par des phases de crises, par des phases plus stables, atteint la maturité et si l'on y prend garde peut même basculer dans la sénilité ;-)

Apprendre à repérer ces étapes pour y faire face est salutaire pour l'animateur, comme pour le collectif !

Les accepter pour les vivre plus sereinement est une piste à étudier ;-)

image Capture_decran_20200422_a_150217.png (0.2MB)

Le collectif "enfant"

Le groupe est porté (soutenu) par l'élan de l'animateur et du petit groupe d'actifs qui gravite autour de lui.elle. Il se repose fortement sur lui.
Tout comme chez l'être humain, cette phase est nécessaire pour permettre "à l'enfant" de se sentir à l'aise, d'acquérir quelques connaissances, de grandir...
Les débuts sont souvent enthousiasmants et productifs mais au bout de quelques temps, le souffle vient à manquer...
et surgit la question : "dis, il serait peut-être temps que tu t'occupes un peu tout seul toi non ?"
En général, cette période peut s'étendre de quelques mois à (le plus souvent) 18 mois dans les collectifs.

image Capture_decran_20200422_a_150217.png (0.2MB)

Les risques de cette période

  • Au départ d'un collectif, il y a souvent un dictateur bienveillant qui insuffle le mouvement, la dynamique et entraîne avec lui des intéressés. Les avancées majeures durant cette période sont souvent et majoritairement le résultat de son travail. Cela permet des avancées rapides mais cette dépendance est aussi source de vulnérabilité. Que l'animateuir s'enrhume et c'est tout le projet qui ralentit...
  • Cet élan vigoureux de l'animateur finit aussi par faiblir (même chez les plus forts ! ) et celui-ci finit par douter de l'envie des autres de "passer à l'action". Un sentiment de solitude se fait sentir chez l'animateur. Celui-ci peut :
    • un sérieux coup de frein au projet et le mettre en standby le temps que l'animateur fatigué se lasse et laisse de la place à d'autres pour s'impliquer dans le projet quitte à le modifier un peu
    • entraîner la mort du collectif. Si l'animateur ne parvient pas lâcher prise pour permettre à d'autres de s'impliquer en douceur (on parle alors de la posture du créateur fossoyeur : faute d'avoir pu quitter son rôle de dictateur bienveillant, il enterre, avec lui, sa belle idée ;-(
  • Certains collectifs, bercés, par leur animateur sur-actif, se complaisent dans la situation et deviennent des collectifs "Tanguy" (spectateurs du projet).

Le collectif "ados"


Au bout de 18 mois à deux ans (parfois plus pour des groupes "Tanguy" qui restent très longtemps dans le giron de l'animateur-ice), le groupe devient adolescent. Certains cherchent alors à prendre des initiatives et cela se fait au début contre l'animateur-ice. Ils adoptent alors un rôle de "leader négatif".

Cette période parfois dure à vivre comme pour les humains, est fondamentale car elle ouvre la porte à l'appropriation du groupe par ses membres.

image Capture_decran_20200422_a_150217.png (0.2MB)

Les risques de cette période

  • L'animateur résiste à toutes les tentatives, combat les leaders négatifs qui émergent, ne lâche rien et on repasse par la case "créateur fossoyeur" ;-)
  • L'animateur s'efface complètement et en l'absence de "père", le groupe éclate de part les tensions que le ou les leaders négatifs insufflent dans le collectif
  • L'animateur ne gère pas cette période délicate et laisse faire en "espérant" un réglement par le temps ou par un miracle

Le collectif "adulte"


Après la crise d'adolescence, le groupe devient adulte. Suffisamment de membres se sont appropriés le projet et sont même prêts à le défendre.
L'animateur se sent parfois inutile car "ça roule tout seul ou presque ,-)"
Les rôles sont plus fluides et l'animation peut plus facilement être partagée.

C'est une période agréable pour le collectif, entre efficacité et sérénité !

image Capture_decran_20200422_a_150217.png (0.2MB)

Les risques de cette période

  • Il ne sert à rien de griller les étapes, pour un groupe comme pour un humain, il faut passer par les différentes étapes. Vouloir constituer un groupe adulte de toute pièce dès le départ pourrait s'appeler le "syndrome de Frankenstein"...
  • se dire qu'il n'y a plus besoin d 'animation puisque ça roule => mauvaise idée ;-)
  • s'encrouter dans les actions, tourner en rond, ressasser... pour se "sentir en vie", un collectif a besoin de projets à triturer
  • ne pas veiller à rester ouvert aux nouvelles idées et nouveaux membres (hors les anciens disparaissent eux...). Faire de l'entre-soi "confortable" mais pas très enrichissant pour ceux qui y sont et pour "les autres" => peut-être faut-il transformer le collectif en club ;-)

Le collectif "moribond"

Parfois le groupe devient sénile. c'est une étape "normale" dans la vie, juste avant de "laisser la place".

Si on y travaille un peu , on peut consacrer cette dernière étape à la production de communs, de "graines" pour permettre des "renaissances ailleurs et autrement" mais sans perte du travail effectué.

image Capture_decran_20200422_a_150217.png (0.2MB)

Les risques

  • ne pas vouloir mourir ;-) et rester sénile
    • => on peut ne pas vouloir mourir mais il doit y avoir une raison valable et donc mettre en place les moyens de repasser à l'étape adulte
    • si on reste sénile, on finit par desservir son ambition initiale (l'année de trop...)
    • si on est sénile et en plus chiant, on risque en plus d'empêcher (temporairement) l'émergence ailleurs d'autres collectifs aux sujets proches
  • mourir mais sans laisser de traces : oublier la compostabilité du projet

La méthode ICE

La méthode ICE est une façon rapide d’identifier un certain nombre de manques dans un collectif. Vous pouvez l’utiliser pour faire un point rapide de votre collectif ou pour faire une première analyse d’une nouveau collectif que vous rencontrez :
  • I pour Implication : avez-vous quelques personnes qui s’impliquent (comme porteurs de projet ou pour aider, animer) ?
  • C pour Communs : avez-vous des communs accessibles facilement par exemple sur votre espace de partage (définition du groupe, règles de fonctionnement, valorisation des productions…) ?
  • E pour Echanges : avez-vous des échanges à tous les niveaux (entre les plus actifs qui participent aux réunions et le reste du collectif, avec l’extérieur du groupe pour faciliter l’arrivée de nouveaux membres…) ?




 TagMonImpuissance TagProjetPourToujours