Votre nom Gauquie Benoît
Dans certaines actions que vous menez pour le Parc naturel, la participation des citoyens est-elle présente ? Oui
Si oui, décrivez en quelques lignes, l’action ou les actions concernée(s). Mobilisation de bénévoles pour inventaires, pour des chantiers, les passages batras, sondage des attentes de riverains d'un site géré par le PNPE, appels à projets (Chevêche), participation à des groupes de travail (chevêche, hirondelles,...)
Comment cette participation citoyenne est-elle intégrée à cette/ces action(s) ? Participation à une conférence avec questions/réponses, ateliers. Participation directe à l'action (chantiers, inventaires,...), fabrication de nichoirs,...
Quels sont les avantages que vous y voyez ? Compte tenu du nombre d'actions mises en oeuvre et des moyens humains disponibles dans la structure, la participation citoyenne n'est pas juste souhaitable, elle est devenue essentielle et incontournable.
Ce lien renforcé avec les habitants évite la déconnexion de l'équipe technique avec les réalités de terrain, les attentes des habitants,...
Quels sont les freins que vous vivez dans ce type d’actions ? Le bénévolat suppose d'intégrer dans les actions beaucoup de souplesse; cela doit être pris en compte comme un soutien mais pas un moteur qui tourne tout seul. Cela exige des salariés de l'encadrement, de l'animation en flux tendu.
Des habitants très passionnés peuvent être très impatients, très exigeants et la gestion de ces contributions et sollicitations peut être chronophage.
Une participation citoyenne peut parfois mettre en lumière des dissensions et des relations conflictuelles entre riverains; le salarié est rarement formé pour gérer ces situations.
Attention aussi de ne pas se laisser manipuler par des riverains dans le cadre d'une consultation publique pour un projet d'urbanisme ou autre : l'objectivité doit primer - se référer aussi à notre plan de gestion
Pour vous, est-il nécessaire de favoriser cette participation citoyenne dans certaines de vos actions ? Oui
Si oui, dans quels types d’actions, dans quels buts et de quelle manière? Oui pour toutes les actions précitées.
Impératif de toucher directement le citoyen; sur le terrain, en petits groupes ou en individuel.
Eviter les réunions classiques de GT qui ne fonctionnent pas ou du moins ne sont pas représentatives: CLDR, PCDN, ...
Importance de mettre en confiance les habitants et de les intégrer petit à petitdans des groupes de travail; la clé d'entrée doit une action concrète, chez eux ou sur le terrain en lien avec LEUR village ou leur intérêt.
La convivialité fera le reste.
Pour les GT, importance de les RESPONSABILISER; j'ai vécu cela avec l'atals des oiseaux nicheurs que je coordonnais entre 2001 et 2007; des cartes d'inventaire ont été confiés à des ornithos peu expériementés mais à qui j'apportais ma confiance: ils ont bcp progressé et ont fait preuve d'une grande rigueur.
Aujourd'hui, 3 GT sont coordonnés par des bénévoles : hirondelles, syrphes, chevêche.
Si oui, de quoi (outils, formation,…) auriez-vous besoin pour y impliquer davantage les citoyens? Plus de temps pour le personnel à consacrer au terrain. Les outils ne suffisent pas; ils viennent en soutien à des mobilisations que ne sont efficientes que par le biais de contacts directs.
je dois encore découvrir les documents envoyés pat Daniel qui a participé à une formation sur les techniques de mobilisation et de boost des participations citoyennes.
Enfin, d’après vous, serait-il possible « d’aller plus loin » en rendant les habitants moteurs et porteurs d’actions complémentaires à celles menées par les Parcs (habitants partenaires) ? Oui
Explicitez votre réponse Les opportunités existent mais cela nécessite davantage de temps de terrain pour soutenir la participation citoyenne (contacts individuels et en petits groupes) et la prise en charge par des bénévoles de projets citoyens répondant au plan de gestion PNPE.
Etes-vous intéressé(e) pour participer à la journée de formation? Oui